mercredi 31 juillet 2013

Quelques jours à l'envers des aiguilles




C'est avec louis Jaques que je décide d'aller grimper quelques jours à l'envers des aiguilles. C'est la quatrième fois que nous y allons. La majeure partie des voies ont été ouverte par Michel Piola avec lequel nous y avons été pour la première fois... Merci à lui !




Le premier jour d'escalade ne se déroule pas exactement de la façon que nous avions prévu. Il est plus ou moins 11h lorsque Louis se rend compte qu'il a oublié ces chaussons chez lui, mais pas de chance, nous somme dans le train qui  mène au Montenvers... deux options se présentent, soit tout faire en grosse, soit redescendre à Chamonix acheter une paire de chaussons en espérant que le personnel du Montenvers le laisse descendre et remonter sans payer de billet en plus. Après une petite discussion avec le personnel,  la deuxième option est acceptée. Je monte donc déjà au refuge, histoire de pas attendre pendant deux heures au Montenvers ou l'ambiance touristique me dégoute. Louis me rejoint plus ou moins deux heures plus tard. Nous faisons quatres longueurs à la tour Verte puis redescendons.






Le lendemain, la météo annonce des orages pour le soir (comme pour tout les soirs...), on décide donc d'aller faire l'âge d'homme à la première pointe des Nantillons. C'est une voie plutôt jolie mais elle passe par pas mal de dalles, il y a donc beaucoup de spits et peux de fissures. Les longueurs sont donc rapidement avalées, ce qui nous laisse le temps pour aller un poil plus à gauche afin de grimper Mélissa, métisse d'Ibiza (au little Yosemite), "un 7a de référence en fissures à doigts". Effectivement, la ligne est démente, un premier 6b+ athlétique nous mène au pied de cette longueur clé. La fissures est fine et paraît un peu bouché à certain endroits mais je m'y lance quand même. L'escalade est magique, du verrou de doigts pas trop trop dure jusqu'à un spit ou la fissure devient bouchée. Là, c'est le gros combat dans ce pas de bloc un peu bizarre, mais bon ça passe. La suite de la fissure est plus facile, je gagne le relais bien content !










La météo annoncée du troisième jour est mauvaise, orages dès 12h. On décide donc d'aller faire "retour à la montagne" mais arrivé au pied, on constate que la première longueur est trempée. On essaie donc la première longueur d'une voie ouverte par Arnaud Petit se trouvant juste à droite de "retour à la montagne"("les fourberies de Scarpin"). C'est un 7c+ bien péchu. En effet... la longueurs est verticale mais sur-physique et technique ! En gros c'est des verticales plus ou moins bonnes pour les mains et les pied à plat ou sur des micros pied ou encore sur ces mauvaise verticale. Bref louis pose les paires (merci à lui), je fais une montée de travail pas fameuse, puis Louis retape un essai sans succès et retour au refuge.
Bref... les fourberie : 1   Nous : 0
On reviendra mais plus fors ou plus habitué à ce style...
Petite parenthèse, la météo sera bonne toute la journée à par trois gouttes vers 16 heure...


Jeudi, nous partons faire une voie qui me tiens à coeur depuis un moment : "CALIFORNIA DREAM".  C'est pour nous la plus belle voie de l'Envers. Des fissures d'anthologies, de jolies dalles, un rocher dément ! Si ça grimpe comme ça en Californie, on ira assurément y faire un tour ! Mise à part la rimaye qui nous prendra un peu de temps, toutes les longueurs sont classes donc inutiles de les décrire, allez voire ! Nour arrivons donc au sommet super content et en ayant enchainé toutes les longueurs, même le 7a qui n'est pas très dure (comparaison faîtes avec Mélissa, métisse d'Ibiza). Bref, une voie à faire absolument !







Vendredi, jour du départ, la météo est bonne, on décide de faire Perdo Polar, une voie principalement en fissure que Michel m'a conseillé. Départ plutôt que les autres jours étant donné que la voie fait 14 longueurs et quel l'on doit prendre le dernier train. J'attaque la rimaye trop à gauche, je dois artifer, on perds un peu de temps. La voie est majeure, les 3ème et 4ème longueurs se déroulent dans de belles fissures et sont majeures mais pas si faciles. La suite est un peu moins classe mais toujours sympa. On arrive au sommet bien plutôt que prévu et bien content. Cette voie est également dans la catégorie : à faire !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire